Homme endormi dans son lit

L’utilisation de la mélatonine comme adjuvant au sommeil continue de faire l’objet de recherches auprès de la communauté scientifique. Les résultats obtenus jusqu’à présent indiquent que la mélatonine pourrait être utile aux personnes souffrant de perturbations de leur rythme circadien ou horloge interne (insomnies/hypersomnies, mais aussi dépression saisonnière, problèmes d’appétit et fatigue chronique). On vous dit tout sur cette hormone qui semble faire et défaire notre qualité de vie au quotidien.

Qu’est-ce que la mélatonine produite naturellement ?

La mélatonine est une hormone produite dans la glande pinéale du cerveau qui régule l’horloge biologique de l’organisme. Il est intéressant de noter que la libération de cette hormone est largement contrôlée par l’exposition à la lumière naturelle, ou plutôt par son absence. La production de mélatonine est d’abord déclenchée le soir, mais l’hormone continue à être libérée pendant les heures d’obscurité qui suivent l’endormissement (la période de sommeil classique).

Les niveaux de mélatonine baissent ensuite avec l’arrivée de la lumière du jour et sa production est supprimée jusqu’au soir suivant. En raison de sa dépendance à l’égard d’un environnement sombre, la mélatonine est souvent appelée « l’hormone de l’obscurité », par opposition à la sérotonine (hormone de la vigilance) dont la sécrétion est stimulée par la lumière du jour.

C’est précisément ce lien entre l’obscurité et la mélatonine qui conduit les professionnels à recommander le maintien de la chambre à coucher dans l’obscurité, à l’abri des appareils électroniques qui peuvent émettre une lumière intempestive. C’est également ce même constat qui rend la luminothérapie efficace pour lutter contre la somnolence diurne, l’hypersomnie, le manque d’énergie et la dépression saisonnière. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez consulter ce comparatif de lunettes de lumino thérapie.

La mélatonine et l’éclairage électrique

Ampoules modernes, filaments visibles électrique

L’invention puis la démocratisation de la lumière électrique au XIXe siècle est souvent décrite comme ayant eu une influence négative sur le sommeil. Avant d’avoir des ampoules et des lampes dans nos maisons, nos rythmes circadiens étaient dictés par la lumière naturelle et donc le cycle jour – nuit. Les individus se réveillaient aux premières lueurs du jour et se couchaient tôt le soir, à la tombée de la nuit.

L’invention de la lumière artificielle a cependant permis aux individus de profiter de la soirée après le coucher du soleil. On pense que cette modification de nos horaires quotidiens a entraîné des changements dans notre qualité de vie, repoussant de plus en plus tard l’heure du coucher avec les conséquences que l’on peut imaginer. L’éclairage électrique continue à avoir un impact sur notre sommeil, notamment parce que nous sommes maintenant libres de travailler tard le soir et même toute la nuit.

Les suppléments de mélatonine pour mieux dormir

Femme dormant dans son lit, dans la nuit

Certaines recherches ont suggéré que les suppléments de mélatonine pris avant le coucher pouvaient aider à accélérer le processus d’endormissement et même améliorer la qualité du sommeil. Ces recherches ont toutefois des limites, car elles ont été menées sur une courte période et sur des échantillons très réduits, voire parfois anecdotiques. Jusqu’à présent, cela a empêché de tirer des conclusions fiables sur la mélatonine en tant que solution à long terme pour traiter les problèmes de sommeil persistants.

Comme pour de nombreux autres produits d’ « aide au sommeil » sur ordonnance ou en vente libre, les bienfaits des compléments de mélatonine ne persistent pas une fois que les patients cessent de les prendre. La mélatonine est autorisée dans la majorité des pays de l’UE pour les personnes de plus de 55 ans souffrant d’insomnie chronique. Les suppléments de mélatonine sont aussi couramment utilisés comme « solution rapide » par ceux qui voyagent pour tenter d’atténuer les effets du décalage horaire. Des recherches supplémentaires restent toutefois nécessaires pour établir si les suppléments de mélatonine fonctionnent mieux qu’un placebo pour minimiser le décalage horaire.

Les suppléments de mélatonine ne sont sur le marché que depuis une petite décennie. La recherche n’est donc pas en mesure de nous renseigner de manière exhaustive sur leurs effets secondaires potentiels. La mélatonine est souvent considérée comme un produit « naturel » par rapport aux somnifères, mais cela ne signifie pas qu’elle échappe aux effets secondaires associés. Jusqu’à présent, les effets secondaires signalés de la mélatonine comprennent des étourdissements et des maux de tête, mais l’utilisation à long terme des somnifères à base de mélatonine n’a pas encore été étudiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.