Campagne champs, nature ciel bleu

Il y a des tas de raisons d’aimer vivre dans une zone rurale : vous êtes proche de la nature, vous êtes éloigné de l’agitation de la ville et vous avez tout un tas d’espace pour vous. Mais parfois, vous avez peut-être aussi l’impression d’avoir un peu trop d’espace. Vivre dans une région isolée peut parfois entraîner un sentiment d’isolement et de solitude. Comment donc le surmonter ?

La solitude, une épidémie en temps de pandémie

Personne assise sur un banc isolée

La solitude est souvent décrite comme une épidémie. Si on la combine avec une pandémie comme celle du coronavirus , il n’est pas surprenant que le confinement et la distanciation sociale aient fait en sorte que des millions d’entre nous se sentent isolés. Face à la crise sanitaire que nous traversons et aux différents confinements, il est probable que la plupart d’entre nous seront à nouveau confrontés à des sentiments d’isolement et de solitude.

L’isolement social est un problème vraiment important et croissant dans les zones rurales comme les villages isolés ou les campagnes. Dans les villages éloignés de la ville, il n’y a pas autant de lieux de rencontre pour les gens. Il y a aussi une culture de la fierté de faire des choses pour soi-même dans les zones rurales, ce qui fait qu’il est difficile pour les gens d’admettre qu’ils se sentent coupés du monde.

Lorsque l’éloignement physique empêche l’interaction sociale, l’isolement peut se transformer en solitude. On fait alors face à une « épidémie silencieuse ». Cela peut être aussi néfaste pour la santé que le tabagisme et l’obésité, augmentant le risque de maladie cardiaque, d’hypertension et d’accident vasculaire cérébral chez les personnes âgées de 50 ans et plus. La solitude est ainsi étroitement liée à la démence et à une mauvaise santé mentale.

1000 cafés, une initiative solidaire suspendue par les mesures de confinement

Le sentiment de solitude fait partie de l’expérience humaine. Nous en faisons tous l’expérience à un moment ou à un autre de notre vie, mais cela ne veut pas dire qu’il est facile de la gérer. C’est particulièrement vrai dans les zones rurales où le sentiment d’isolement peut être exacerbé par les grandes distances physiques, les possibilités réduites de socialisation et – surtout en situation de confinement – une connectivité internet limitée.
La vie rurale peut être très solitaire si l’on ne vit pas dans une communauté soudée. Les villages ont besoin de lieux où les gens peuvent se rendre pour avoir de la compagnie, des informations et des conseils.

Suite à cette problématique, certains ont décidé d’agir. C’est notamment le cas de Groupe SOS, première entreprise sociale en Europe. Depuis plus de 35 ans, cette association à but non lucratif lutte contre toutes les formes d’exclusion et l’isolement en fait partie.

En septembre 2019, Groupe SOS lance le projet 1000 cafés. Ce dernier vise à revitaliser l’économie et la dynamique sociale des communes rurales en créant ou reprenant 1000 cafés en France. En lien étroit avec les maires, les cafés deviendront alors des lieux de rencontre et de convivialité. De nombreux petits services de proximité y seront proposés : dépôt de pain, dépôt de courrier ou colis postal, animation culturelle… Vous pouvez en savoir plus sur le projet 1000 cafés et GROUPE SOS sur leur site : https://www.1000cafes.org/groupe-sos/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.